Sadako Sasaki, [Histoire de Paix], vu par Aulida Valery

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,

Pour débuter l’année 2012 sous le signe de la paix, je vais assisté au documentaire de Sadako Sasaki à la bibliothèque et archives Nationales du Québec. Ce documentaire porte le nom de: Sadako, un récit de paix. Et, va débuter à 14:00 [Heure de l’est]. Il va me rester encore 3 billets gratuits.

Mes recherches sur Sadako Sasaki:
Sadako Sasaki (en japonais 佐々木 禎子 Sasaki Sadako), fillette japonaise née le 7 janvier 1943 et morte le 25 octobre 1955 à l’âge de douze ans d’une leucémie due à la bombe atomique d’Hiroshima. Elle est devenue depuis avec la grue en papier un symbole pour la paix.
Le 6 août 1945 à 8h15 du matin, la première bombe atomique explosa environ 580 mètres au-dessus du centre ville d’Hiroshima au Japon. En l’espace de quelques secondes la ville fut réduite à l’état de décombres au milieu d’une plaine écorchée. De nombreuses vies furent détruites ce jour-là. Sadako avait alors deux ans et se trouvait à deux kilomètres du lieu de l’explosion. Alors que la plupart de ses voisins furent tués, Sadako ne fut pas blessée ou ne sembla pas l’être.
Jusqu’en 1954 elle ressemblait à une petite fille normale et joyeuse. Bonne élève, elle passa une enfance sans problème majeur, grandit normalement et se lança dans la course à pied de compétition.
Cependant, en 1954, après un relais où elle avait aidé son équipe à gagner, elle se sentit extrêmement fatiguée et sa tête commença à tourner. Les vertiges passant, Sadako pensa qu’ils n’étaient causés que par la fatigue, mais ce n’était pas le cas. Dès lors de plus en plus d’incidents se produisirent. Plus tard les vertiges furent tels qu’elle tomba et ne put se relever. Ses camarades de classe appelèrent la maîtresse qui contacta ses parents. Ces derniers l’emmenèrent à l’hôpital de la Croix-Rouge où on diagnostiqua une leucémie (une forme de cancer des cellules sanguines), le « mal de la bombe atomique » auquel peu survivaient à cette époque. [Wikipedia.org]

La meilleure amie de Sadako, Chizuko, lui raconta l’ancienne légende japonaise des 1000 grues et lui apporta un origami. Selon celle-ci, quiconque confectionne mille grues en origami voit un vœu exaucé. Sadako s’attela dès lors à la tâche, espérant que les dieux, une fois les mille grues pliées, lui permettraient de guérir et de recommencer la course à pied. La famille de Sadako s’inquiétait à son propos. Ils venaient souvent lui rendre visite à l’hôpital pour lui parler et l’aider à faire les origamis. Après qu’elle eut plié 500 grues, elle se sentit mieux et les médecins dirent qu’elle pouvait rentrer chez elle pour quelque temps, mais après moins d’une semaine elle se sentit de nouveau mal et dut retourner à l’hôpital.
Elle confectionna au total 644 grues de papier. Elle mourut le 25 octobre 1955 à l’âge de douze ans. Elle avait plié ses grues avec tout le papier qu’elle pouvait trouver, jusqu’aux étiquettes de ses flacons de médicament.
L’histoire de Sadako eut un profond impact sur ses amis et sa classe. Ils finirent de plier les 1000 grues et continuèrent cette activité afin de collecter de l’argent en provenance des écoles japonaises afin de construire une statue en l’honneur de Sadako et de tous les enfants frappés par la bombe.

J’écrirai la paix sur tes ailes et tu voleras à travers le monde. ».-Sadako Sasaki



Sadako était née pour courir. Sa maman aimait dire que Sadako savait courir avant de marcher…
Ce matin d’août 1954 au Japon, Sadako est à peine habillée qu’elle sort déjà dans la rue en courant. Le soleil levant fait miroiter des reflets cuivrés dans sa chevelure noire. Aucun nuage ne vient assombrir le ciel bleu. « C’est bon signe », se dit Sadako qui ne cesse de guetter le moindre présage »

Que la paix soit fait partie de nos quotidiens. Allez dans les bourgs, dans les villages, dans les grandes villes et parlons de la paix.

Dans le phénomène d’Happiness, nous avions pensé à faire usage du mot : [PAIX], [PEACE]. Dans la division d’Attitude qui se définit selon notre vision et philosophie de vie: Love, Peace, Freedom.

Aulida Valery, Fondateur de Multicoaching
Visionnaire du Phénomène d’Happiness
Montréal, Québec, Canada, Amérique du Nord, Terre
14 Janvier 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s