I Finally Crossed Scuba Diving Off My Bucket List — Bucket List Publications

I’ve been talking about scuba diving for the entirety of Bucket List Publications. It was on my first bucket list when I created the site and it reminded on the list year after year. The fear consumed me and took over. Failure after failure, I thought I’d never actually accomplish that one check mark. I […]

via I Finally Crossed Scuba Diving Off My Bucket List — Bucket List Publications

The Lord has called Erick Jean-Francois Home. Be in peace El Bricon!

Roosevelt Jean-Francois

View original post

Le test des trois passoires, Socrate

Socrate avait une haute opinion de la sagesse.

Quelqu’un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit :

Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami?

— Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires :

— Les 3 passoires?

Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps
de filtrer ce que l’on aimerait dire.

C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires.

La première passoire est celle de la vérité.

As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai?

– Non. J’en ai simplement entendu parler…

– Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire.

La deuxième passoire est celle de la bonté.

Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

– Ah non ! Au contraire.

– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si elles sont vraies.

Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire.

La troisième passoire est celle de l’utilité.

Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

– Non. Pas vraiment.

Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile…

Pourquoi vouloir me le dire ?

[A méditer seul ou en groupe]. Un sujet de réflexion….

Art of living

 »The Master in the art of living makes little distinction between his work and his play, his labor and his leisure, his mind and his body, his education and his recreation, his love and his religion. He hardly knows which is which. He simply pursues his vision of excellence in whatever he does, leaving others to decide whether he is working or playing. To him he is always doing both. ».- Zen Buddhist

Now is the perfect time to learn more about Power of Mind! Make search on the web and share them….

I am thinking about : If you beleive youcan fly.

ON TOUGHTNESS, by Bruce Lee

My mentor Bruce Lee On toughness

A fight is not won by one punch or kick. Either learn to endure or hire a bodyguard.

Forget about winning and losing; forget about pride and pain. Let your opponent graze your skin and you smash into his flesh; let him smash into your flesh and you fracture his bones; let him fracture your bones and you take his life. Do not be concerned with escaping safely – lay your life before him.

Share by Aulida Valery
on Happiness page:

Pyramide des besoins, par Aulida Valery

5.- Accomplissement personnel (morale, créativité, résolution des problèmes…)
4.- Estime (confiance, respect des autres et par les autres, estime personnelle)
3.- Besoins d’appartenance et affectif (amour, amitié, intimité, famille, sexe)
2.- Besoins de sécurité (du corps, de l’emploi, de la santé, de la propriété…)
1. -Besoins physiologiques (manger, boire, dormir, respirer)
[Abraham Maslow]

Understanding time, by Aulida Valery

Dear readers:
We are closer 7 Milliards humans on planet Earth, how many of you understanding the Power one minute? How many time you don’t know what do to with your time?
I found this text about time. Read it! It’s will be a good help.

Thanks,

Imagine there is a bank account that credits your account each morning with $86,400. It carries over no balance from day to day.
Every evening the bank deletes whatever part of the balance you failed to use during the day. What would you do? Draw out every cent, of course?

  • Each of us has such a bank. It’s name is TIME.
  • Every morning, it credits you with 86,400 seconds.
  • Every night it writes off as lost, whatever of this you have failed to invest to a good purpose.
  • It carries over no balance. It allows no over draft. Each day it opens a new account for you. Each night it burns the remains of the day.
    If you fail to use the day’s deposits, the loss is yours. There is no drawing against « tomorrow. »
    You must live in the present on today’s deposits. Invest it so as to get from it the utmost in health, happiness and success!
    The clock is running!! Make the most of today.

  • To realise the value of ONE YEAR, ask a student who failed a grade.
  • To realise the value of ONE MONTH, ask a mother who has given birth to a premature baby.
  • To realise the value of ONE WEEK, ask the editor of a weekly newspaper.
  • To realise the value of ONE HOUR, ask the lovers who are waiting to meet.
  • To realise the value of ONE MINUTE, ask a person who just missed a train.
  • To realise the value of ONE SECOND, ask someone who just avoided an accident..
  • To realise the value of ONE MILLISECOND, ask the person who won a silver medal at the Olympics..
  • Treasure every moment that you have! And treasure it more because you shared it with someone special, special enough to spend your time with. And remember time waits for no one.

    Yesterday is history. Tomorrow is a mystery. Today is a gift. That’s why its called the present.

    From the Desk of your Best Friend

    Sadako Sasaki, [Histoire de Paix], vu par Aulida Valery

    Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,

    Pour débuter l’année 2012 sous le signe de la paix, je vais assisté au documentaire de Sadako Sasaki à la bibliothèque et archives Nationales du Québec. Ce documentaire porte le nom de: Sadako, un récit de paix. Et, va débuter à 14:00 [Heure de l’est]. Il va me rester encore 3 billets gratuits.

    Mes recherches sur Sadako Sasaki:
    Sadako Sasaki (en japonais 佐々木 禎子 Sasaki Sadako), fillette japonaise née le 7 janvier 1943 et morte le 25 octobre 1955 à l’âge de douze ans d’une leucémie due à la bombe atomique d’Hiroshima. Elle est devenue depuis avec la grue en papier un symbole pour la paix.
    Le 6 août 1945 à 8h15 du matin, la première bombe atomique explosa environ 580 mètres au-dessus du centre ville d’Hiroshima au Japon. En l’espace de quelques secondes la ville fut réduite à l’état de décombres au milieu d’une plaine écorchée. De nombreuses vies furent détruites ce jour-là. Sadako avait alors deux ans et se trouvait à deux kilomètres du lieu de l’explosion. Alors que la plupart de ses voisins furent tués, Sadako ne fut pas blessée ou ne sembla pas l’être.
    Jusqu’en 1954 elle ressemblait à une petite fille normale et joyeuse. Bonne élève, elle passa une enfance sans problème majeur, grandit normalement et se lança dans la course à pied de compétition.
    Cependant, en 1954, après un relais où elle avait aidé son équipe à gagner, elle se sentit extrêmement fatiguée et sa tête commença à tourner. Les vertiges passant, Sadako pensa qu’ils n’étaient causés que par la fatigue, mais ce n’était pas le cas. Dès lors de plus en plus d’incidents se produisirent. Plus tard les vertiges furent tels qu’elle tomba et ne put se relever. Ses camarades de classe appelèrent la maîtresse qui contacta ses parents. Ces derniers l’emmenèrent à l’hôpital de la Croix-Rouge où on diagnostiqua une leucémie (une forme de cancer des cellules sanguines), le « mal de la bombe atomique » auquel peu survivaient à cette époque. [Wikipedia.org]

    La meilleure amie de Sadako, Chizuko, lui raconta l’ancienne légende japonaise des 1000 grues et lui apporta un origami. Selon celle-ci, quiconque confectionne mille grues en origami voit un vœu exaucé. Sadako s’attela dès lors à la tâche, espérant que les dieux, une fois les mille grues pliées, lui permettraient de guérir et de recommencer la course à pied. La famille de Sadako s’inquiétait à son propos. Ils venaient souvent lui rendre visite à l’hôpital pour lui parler et l’aider à faire les origamis. Après qu’elle eut plié 500 grues, elle se sentit mieux et les médecins dirent qu’elle pouvait rentrer chez elle pour quelque temps, mais après moins d’une semaine elle se sentit de nouveau mal et dut retourner à l’hôpital.
    Elle confectionna au total 644 grues de papier. Elle mourut le 25 octobre 1955 à l’âge de douze ans. Elle avait plié ses grues avec tout le papier qu’elle pouvait trouver, jusqu’aux étiquettes de ses flacons de médicament.
    L’histoire de Sadako eut un profond impact sur ses amis et sa classe. Ils finirent de plier les 1000 grues et continuèrent cette activité afin de collecter de l’argent en provenance des écoles japonaises afin de construire une statue en l’honneur de Sadako et de tous les enfants frappés par la bombe.

    J’écrirai la paix sur tes ailes et tu voleras à travers le monde. ».-Sadako Sasaki



    Sadako était née pour courir. Sa maman aimait dire que Sadako savait courir avant de marcher…
    Ce matin d’août 1954 au Japon, Sadako est à peine habillée qu’elle sort déjà dans la rue en courant. Le soleil levant fait miroiter des reflets cuivrés dans sa chevelure noire. Aucun nuage ne vient assombrir le ciel bleu. « C’est bon signe », se dit Sadako qui ne cesse de guetter le moindre présage »

    Que la paix soit fait partie de nos quotidiens. Allez dans les bourgs, dans les villages, dans les grandes villes et parlons de la paix.

    Dans le phénomène d’Happiness, nous avions pensé à faire usage du mot : [PAIX], [PEACE]. Dans la division d’Attitude qui se définit selon notre vision et philosophie de vie: Love, Peace, Freedom.

    Aulida Valery, Fondateur de Multicoaching
    Visionnaire du Phénomène d’Happiness
    Montréal, Québec, Canada, Amérique du Nord, Terre
    14 Janvier 2012